Nouveaux Green Clubs à Thirumanikuzhi

Shante, la responsable du Green Club de Thipuduparayam, a identifié 3 nouveaux villages intéressés pour créer des green clubs avec l’aide de son fils Musoralimaran et de deux amis à lui.

Avec Dominique, nous nous sommes donc rendus fin mai dans les 3 villages de Thirumanikuzhi, Thirumanikuzhi colony et Vandikuppam pour rencontrer les enfants et leur expliaquer le principe du Green Club.

Nous avons ensuite été chez chacun d’eux décider de l’emplacement du potager.

Fin juin, je reviens seule pour les aider à préparer leur potager si ce n’est pas fait afin de procéder au semis lors de l’inauguration qui aura lieu le lendemain de ma visite. Si les enfants de Thirumanikuzhi colony semblent très motivés – leur jardin sont prêts et propres, les composts ont été arrosées – les enfants des autres villages semblent moins motivés. Les emplacements n’ont même pas été nettoyés !

Vint ensuite le grand jour de l’inauguration. Le président du Panchayat s’est déplacé pour l’occasion. A Thirumanikuzhi colony tous les enfants sont présents et se tiennent sage sous l’œil de Mathan Raj, l’ado responsable du green club. Je leur distribue à chacun un tableau de suivi de la production qu’ils devront compléter au fur et à mesure de la récolte. Puis nous semons symboliquement des graines dans un jardin. Le semis dans les autres jardins se fera dans la semaine qui suit car la mousson aura apporter un peu de pluie.

A Thirumanikuzhi, point d’inauguration : les enfants sont tous à l’école en ce samedi matin ! Oups ! Il faudra faire plus attention à la date la prochaine fois.

A Vandikkupam, certains enfants sont à l’école, d’autres sont présents. Nous faisons l’inauguration avec ceux-ci, Shante reviendra de toutes façon pour semer après la pluie avec tous.

Affaire à suivre !

Exif_JPEG_420OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Publicités

Projet d’échange interculturel franco-indien 

La danse Bollywood ne se pratique pas qu’en Inde. En France aussi. Notamment à Lyon, où une junior association de danseuses bollywoodiennes a décidé d’approcher au plus près la culture indienne. Comment ? En lançant une invitation à INDP !

Voilà comment 10 jeunes indiens et indiennes de 13-14 ans ont été sélectionnés pour participer à ce programme d’échange culturel et notamment…. Partir en France pendant 15 jours !

Les jeunes indiens sélectionnés font parties de communautés dalits (appelées aussi intouchables) et viennent de familles très modestes dans les alentours de Pondichéry.

Avant de partir en France, il fallait donc les préparer au séjour qui les attendaient pour adoucir le choc culturel et préparer les débats qui auraient lieu à Lyon.

Un stage de préparation de 15 jours a été organisé. Le matin nous étions chargées de leur donner des cours d’anglais avec Lisa. D’anglais ? Et bien oui, il faut bien trouver une langue d’entente pour communiquer ! Les enfants comprennent bien l’anglais, savent se débrouiller mais leurs bases sont de travers… à nous de les redresser !

L’après-midi, Augustin les invite à la réflexion autour de sujets tels l’environnement, le racisme, la culture à travers différentes activités : recyclage, poèmes, pièces de théâtre….

Ils décolleront samedi 8 juillet pour la France accompagnés de Shante et Dominique.

Nouveau Green Club camp avec BIRDS !

BIRDS est une ONG qui a la charge d’un internat pour « dropped-out children ». Il s’agit d’enfants qui ont eu une scolarité irrégulière pour diverses raisons : déménagement des parents, arrêt pour travailler et ramener de l’argent à la maison, etc.

Les enfants, de 3 à 15 ans, vivent à l’internat où sont donnés les cours par deux professeures indiennes. Pendant, une semaine on me confie les plus grands deux fois deux heures par jour pour animer un stage sur les questions environnementales.

Question potager, les enfants sont calés : ils ont déjà un jardin dont les légumes vont à la cuisine, un compost, une vache… Ce qui nous laisse plus de temps pour aborder LE problème crucial en Inde : le plastique. La cour est jonchée de déchets que nous collectons lors d’une « course aux déchets ». Puis je laisse libre cours à leur imagination pour créer des objets recyclés : porte-encens, vases, pots à crayons, guirlandes de fleurs…. Plastic is magic !

Nous finissons la semaine par une exposition faite par les enfants de leurs travaux de la semaine : à l’aide des posters qu’ils ont réalisés durant la semaine sur les différents points abordés, ils présentent aux autres enfants de l’internat ce qu’ils ont appris.

Un diplôme pour féliciter chaque enfant est distribué pour conclure le stage.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAposters

Green Club camp à Manamadurai

 

A Manamadurai, 3 green clubs existent et sont gérés par l’ONG SERD dirigé par M. Pandi. Les greens clubs sont localisés dans 3 villages : Maryamman Nagar, Gandhi Nagar et Vincent Nagar. Les familles sont pour la plupart des gens du cirque mais assument aussi des travaux divers (ménages, maçons, vendeurs de jouets, etc). Elles ne sont pas issues du milieu agricole, le green club revêt alors d’autant plus d’importance.

J’ai organisé dans le village de Maryamman Nagar un stage de formation d’une semaine à destination des enfants. Le matin, cours d’anglais, l’après-midi sensibilisation à l’environnement.

Le tout en s’amusant ! La plupart des enfants ne parlaient pas l’anglais mais le comprenaient plus ou moins. Il s’agissait donc pour moi de leur donner les bases de la langue et la confiance en eux pour oser prendre la parole en anglais. Les progrès ont été rapides ! J’ai organisé de nombreuses activités ludiques que les enfants ont appréciées : chansons des nombres, jeu de l’oie du présent simple, dialogue à deux… autant de manière d’apprendre éloignés de celles utilisées à l’école.

L’après-midi, des vidéos ou des images me permettaient d’introduire le thème dont je souhaitais parler. Nous avons aborder les principaux enjeux liés au green club : la biologie végétale, le compost, le cycle de l’eau, la pollution plastique.

Sur ce dernier point, j’avoue avoir échoué : la pollution par les déchets plastiques se jouent à l’échelle du village en sensibilisant les parents à éviter les objets avec emballages mais surtout au niveau du district. En effet, aucun service de ramassage des déchets n’existe….

L’Inde, une approche différente de l’animation

Quel que soit le métier que j’exercerais dans l’avenir, je voudrais continuer à travailler avec les jeune. Pour l’instant je me destine à un métier technique, celui de logisticien humanitaire. Et le fait de continuer à travailler avec les jeunes à coté, me permettrais de garder un autre type de contact avec l’humain, en jouant à la fois un rôle d’animatrice et de travailleuse sociale. Lire la suite

Inauguration de l’exposition à l’Alliance Française

« Enfance indienne, culture et expression », tel était le nom de l’exposition que nous avons inauguré vendredi 3 mars 2017 à l’Alliance Française de Pondichéry. Cette exposition rassemblait à la fois des photos sténopées et des peintures. Les enfants des villages et des écoles du Tamil Nadu étaient les auteurs de ces œuvres d’art. Lire la suite